TOP5 des erreurs à éviter : PARTIE 2/2

3 : La colorimétrie

Tout dépend malheureusement de vos outils utilisés pour la mise en page. Les logiciels tels que Word ou OpenOffice (bureautique familière) reconvertissent vos couleurs en RVB. Si vous souhaitez un résultat optimal, il faut utiliser des logiciels professionnels pour vos images-sources (tel que Adobe Photoshop), les convertir dans un profil colorimétrique adéquat aux imprimantes, les travailler sur un écran calibré. Puis ensuite, il ne faut pas que le logiciel de mise en page vous gâche toute la préparation. De même, un logiciel tel que Adobe Indesign, conservera vos réglages et fera une bonne conversion des couleurs à l’export du PDF.

Quels sont les dangers : lorsqu’une image est en RVB, les couleurs ont tendances à être fluos, saturées et nombreuses… Il y a plus de couleurs en RVB qu’en CMJN, la quadrichromie pour l’impression. Les résultats sont surprenants car quelques couleurs ne sont pas reproductibles en impression, à moins d’utiliser des encres spéciales comme des Pantone (tels que les turquoises, les jaunes fluos…).

4 : La résolution des images

Le piège est de se servir sur Internet. C’est un lieu où règnent les images en basse définition (libres de droit évidemment), optimisées pour être légères et visibles sur un écran qui est à 72 dpi. Or, l’impression exige du 300 dpi minimum sur une image à la bonne dimension (non agrandie).

Notre conseil : si vous avez un logiciel d’image, bien travailler à l’échelle 1:1 du format final, à 300 dpi, voire plus. Si vous avez un doute, vérifiez le PDF en zoomant à 400 % sur votre écran : si vous voyez trop de pixels ou un effet escalier, dîtes-vous que ces défauts vont se voir à l’impression. Le piège est l’écran…

5 : Les marges

Un autre piège pour le service PAO est la largeur des marges dans un livre, ou la marge de sécurité sur les autres imprimés (flyer, marque-page…). N’hésitez pas à utiliser la symétrie et l’espace pour un confort de lecture ! Souvent, la logique est de mettre la marge côté reliure (petit fond ou gouttière) soit plus large que celle du côté extérieur. Oui, mais en symétrie entre les pages. Pensez au recto/verso et aux vis-à-vis. Et vous graphistes, n’oubliez qu’une coupe parfaite n’existe pas (voir erreur n°2), pensez à ne pas mettre des éléments trop près des bords qui risqueront d’être rognés.

Rappel : Notre conseil pour les marges en vis-à-vis sur Word. 

Voici les conséquences en vidéo >

6 réflexions au sujet de « TOP5 des erreurs à éviter : PARTIE 2/2 »

  • Bonjour M.Plume 🙂 Je viens de vous répondre par mail et vous ai redonné mes coordonnées !!! Je reste disponible si besoin n’hésitez à me contacter, passez une excellente journée. A bientôt.

  • Je crois qu’il ne faut pas se polariser sur la colorimétrie. Le CMJN, c’est pour les pros. Nous autres amateurs on peut se contenter largement du RVB !
    Les logiciels que nous utilisons ne gèrent que le RVB, nos écrans aussi ! Sans compter qu’ils ne sont pas calibrés correctement.
    Alors, ne pinaillons pas. La layette que vous avez commandé sur le web a une couleur un peu délavé par rapport à l’image que l’on vous a présenté ? Peu importe votre bébé sera toujours beau et ses admirateurs n’en sauront rien !
    Côté définition là, c’est autre chose ! oui, il faut faire gaffe. Mais comment avoir cette information sur les images libres de droit que l’on trouve sur internet ? vous avez une astuce à proposer ? Merci .

  • Bonjour M.NOEL 🙂 Pour ce qui est du CMJN vous avez raison c’est pas forcément accessible à tous de savoir le faire. Cependant nous avons souvent des clients qui s’étonnent de voir leurs images « moins lumineuses » ou un violet moins « fluo » pour leur fond, et c’est souvent la raison d’un travail réalisé sur WORD par exemple … Qui propose un large choix de couleur mais en RVB (lumière) donc pas forcément adapté à l’impression CMJN (encre)… Nous essayons toujours de renseigner et ce le plus clairement possible; le but ce petit article est d’abord d’informer plus que de former 🙂 Concernant « les images libres de droit » le plus simple reste encore de les acheter sur des sites comme Fotolia – Vous êtes sûr d’avoir une image de qualité et surtout que vous êtes autorisé à utiliser. Si vous souhaitez des informations complémentaires n’hésitez pas à me téléphoner surtout !! Et n’hésitez pas à interagir sur le blog … Vos avis comptent !! Très bonne journée à vous et bons préparatifs pour le Salon de PANAZOL le 26 Avril !!! 😉

  • Sophie Genillon

    Sophie Genillon on

    Bonsoir à tous,
    Les images achetées sur un site tel que Fotolia ne sont pas entièrement libres de droit. Il faut mentionner tout de même le nom de l’auteur de la photo et ne pas l’utiliser comme marque commerciale, mais comme une illustration (veuillez bien lire les conditions générales).
    Sur ce genre de site, vous avez la taille et la résolution de l’image (soit en pixel soit en cm). Le mieux est de prendre un format se rapprochant de l’A4 (21×29.7cm) à 300 dpi ou de 3500×2500 pixels. Ainsi vous pourrez garder cette source en haute définition pour des affichettes par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *